Les Français qui financent leur santé à crédit

Les Français qui financent leur santé à crédit

D’après une étude de l’institut CSA, 2% des Français ont déjà eu recours au crédit pour financer leurs soins.

L’accès financier aux soins

En France, près d’un million de personnes auraient déjà eu recours à la souscription d’un crédit afin de financer leurs frais de santé. De plus, trois Français sur dix ont déclaré avoir renoncé aux soins au cours des douze derniers mois pour des raisons financières. Malgré des dispositifs mis en place pour améliorer la prise en charge des soins (Aide à la complémentaire santé, CMU, Contrats responsables en entreprises…), force est de constater que la problématique de l’accès aux soins n’est pas résolue.

Pourtant, l’Assurance maladie prend en charge environ 75,6 % des dépenses de santé et près de 95% des Français sont couvert par une complémentaire santé. Ainsi, sur 715 euros de budget de santé annuel en moyenne, reste à charge pour une personne seule, 232 euros soit environ 20 euros par mois. Pour beaucoup, le coût de la santé a augmenté depuis cinq ans (57 % du panel interrogé par l’institut CSA). Les soins dentaires et les soins d’optique seraient jugés les plus chères. Enfin, c’est dans les Hauts-de-France que l’on retrouve le restant à charge le plus élevé, pour 575 euros en moyenne, dû à des dépenses de santé plus élevées que la moyenne nationale.

Le plafonnement des remboursements a également un impact. Depuis 2015, la Sécurité Sociale est contrainte de prendre en charge intégralement un nombre grandissant de patients en affection longue durée, ce qui impacte d’autres frais qui sont moins bien remboursés. Dans le contexte actuel, les Français ont la perception d’un poste de santé trop lourd en raison d’un sentiment de pouvoir d’achat en baisse (pour 54 % des personnes interrogées).

Une forte disparité

L’étude révèle également que 18 % des Français éprouvent de grandes difficultés pour financer leurs soins. Deux pourcent des Français vont solliciter la famille, et deux pourcent auront recours au crédit pour régler leurs frais de santé. Les organismes prêteurs reçoivent donc quotidiennement des demandes de prêts de personnes âgées ou seules le plus souvent, qui demande le financement de soins dentaires ou optiques.

Par ailleurs, l’étude permet de dévoiler de fortes disparités de coûts entre les différentes régions. Pour l’heure, il n’y a pas de raison valide à ces disparités, mais on pourrait penser que l’état sanitaire des populations n’est pas le même dans toutes les régions. Par ailleurs, comment expliquer l’extrême différence entre le restant à charge dans la région Grand Est, et celui des Hauts de France (respectivement 165 et 575 euros) alors que les dépenses sont accrues en Grand Est (1 166 euros contre 1 122 euros en Haut de France).

Enfin, l’étude indique que neuf Français sur dix redoutent une hausse du prix des complémentaires santés. Le panel souhaiterait la mise en place en 2020 d’un reste à charge de zéro concernant les soins dentaires, optique et auditif.

Posted in Blog.

Laisser un commentaire