Investissement locatif : une fiscalité trop lourde ?

Investissement locatif : une fiscalité trop lourde ?

Selon un organisme spécialisé dans le financement de l’immobilier, la part de logements achetés pour être loués pourrait baisser de 16 % à 14,1 % en 2018.

Des prévisions de décroissance

D’après les derniers chiffres d’une estimation menée par le spécialiste du financement immobilier en France, les propriétaires se détacheraient de l’investissement locatif. En effet, la part du locatif privé dans l’ensemble des logements construits passerait de 16 % en 2017 à 14,1 % en 2018. Si ce chiffre venait à être confirmé, le rattrapage amorcé il y a quatre ans prendrait fin. Après une chute de 17,6% à 13,4% entre 2011 et 2013, le taux avait en effet progressé de 2,6 % entre 2013 et 2017.

Ces derniers mois et face à la pénurie de logements en France, le secrétaire d’État à la cohésion des territoires n’a pas cessé d’inciter les propriétaires à louer leur logement. Cependant, pour les bailleurs la politique fiscale du gouvernement n’incite pas à investir dans les logements locatifs. Si cette baisse venait à s’affirmer, cela serait néfaste car en France 96 % des ménages constituent l’offre locative privée (contre 65 % il y a trente ans).

Une politique « anti-propriétaire » ?

Dans le neuf, plus de sept personnes sur dix indiquent investir pour payer moins d’impôts. L’immobilier reste toujours l’investissement préféré des ménages Français, mais les investisseurs sont rebutés par une fiscalité trop lourde comme la réforme de l’ISF transformé en impôt sur la fortune immobilière, ou encore la hausse de la taxe foncière qui peut représenter jusqu’à deux mensualités supplémentaires par an pour les propriétaires achetant un bien immobilier à crédit.

Le coût moyen d’un investissement locatif a tout de même diminué en 2018, s’élevant à 170 000 euros (soit un recul de 3 % sur un an), et on constate que plus de 11 % des propriétaires d’un ou plusieurs logements mis en location sont eux-mêmes locataire de leur résidence principale. Le spécialiste de l’investissement immobilier dénonce une politique « anti-propriétaire » en rapportant certain a priori concernant le profil des propriétaires.

Agés en moyenne de 40 à 50 ans, ils seraient selon les idées reçus multipropriétaires et la valeur de leur patrimoine s’évaporerait chaque année. Néanmoins, d’après la dernière étude de l’Insee, la part des propriétaires possédant un seul en logement location est majoritaire (85 %), pour un bien de deux pièces et 45 m² en moyenne. Il est par ailleurs établi que l’investisseur immobilier gagne plus que les Français en général, avec un salaire moyen annuel de 71 000 euros contre un peu plus de 21 500 euros pour le salaire médian Français.

Posted in Blog.

Laisser un commentaire